Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sports and More

Basée essentiellement sur le Football et la NBA, ce blog vise également à traiter des grands évènements des autres sport. En traitant du terrain, mais aussi - et peut être avant tout - de ce qui l'entoure.


Et si les conditions n'étaient pas si défavorables pour les Bleus...

Publié par Jean Doulorni sur 16 Octobre 2012, 12:25pm

Catégories : #Espagne, #France, #Raul Albiol, #Pique, #Puyol, #Vicente Calderon, #Conditions, #Favorables, #Qualifactions Coupe du Monde

Et si les conditions n'étaient pas si défavorables pour les Bleus...

Face à la Roja l'équipe de France semble condamné à l'exploit, au point que les débats portent plus sur le nombre de buts que cette équipe au niveau moyen risque de prendre, plutôt que la

Face à ce constat, presque logique, l'ensemble de ceux qui regardent encore cette équipe (seulement 5.1 millions de téléspectateurs vendredi, la première chaine étant devancée ce soir-là par Gibbs et son équipe. Celui de NCIS évidemment, son homonyme d'Arsenal ne devançant pas grand monde...) ne semblent pas vraiment y croire. Un défaitisme ambiant semble contaminer les joueurs de l’équipe de France, et ce avant même la débâcle face aux nippons, une équipe qu’on écrasait encore il y’a quelques années et donc est incapable de prononcer les noms.

Une attente inexistante et une manque de passion autour d'une recontre où les bleus n'auront rien à perdre

On a ainsi pu entendre tour à tour, Koscielny et consorts s’extasier sur « la meilleure équipe au monde », cette équipe « qui semble imbattable » depuis une bonne semaine. Néanmoins, comme tout match, il ne peut être perdu avant d’avoir été joué. Cette pseudo-suprématie espagnole se joue aussi dans les têtes. Les français ne semblent même plus capables d’évoquer une victoire !

Si les coqs ne sont plus un tant soit peu prétentieux et orgeuilleux, c’est réellement que quelque chose ne tourne pas rond. Cependant, hormis Pedro après sont triplé en Biélorussie, aucun joueur issu de l’équipe des champions du monde n’a réellement émis de mise en garde face à cette modeste 23e équipe du classement FIFA. Comme l’explique l’ensemble de la presse espagnole, cela ne devrait pas être trop compliqué et l’impression qui demeure après notre élimination à l’euro ne risque pas de remettre en cause cet état de fait. On se permettra juste de leur rappeler que en 2006, mettre Zidane à la retraite ne devait, déjà, pas être bien compliqué.

Face à l’Espagne, amoindrie en raison de l’absence de sa défense habituelle Pique-Puyol, la France sera accueilli dans un stade pas complétement plein, conséquence de la crise économique particulièrement dure au sud des Pyrénées et de l’attraction minime que provoque cette bien terne équipe de France. Alors, certes, le stade Vicente Calderon a quelques comptes contentieux avec tout ce qui est de nationalité française après les évènements de 2008 face à l’OM en Ligue des Champions et des déclarations de Michel Platini, président de l’UEFA, soi-disant impartiale mais on reste tout de même très loin d’un déplacement en Serbie. On risque ainsi de voir un public plutôt amorphe, au moins tant que l’Espagne n’aura pas claqué un ou deux pions. On n’entendra donc pas parler de « piège » ou de « traquenard » lorsque Christian Jeanpierre prendra l’antenne, sacrée bonne nouvelle !

Une équipe d'Espagne, plus amoindrie qu'on ne pourrait le penser

On l’a évoqué, l’Espagne n’arrive pas au complet et bien qu’on entende souvent que leur banc est absolument fabuleux, cela demeure un manque important pour la Roja. En effet, si le remplaçants sont majoritairement d’un niveau absolument fabuleux côté espagnol, cela ne concerne que les positions les plus avancées sur le terrain. L’axe central ne parait clairement pas au même niveau lorsqu’il manque les titulaires aux postes. Eu égard l’absence conjugué des deux Barcelonais Piqué et, surtout, Puyol l’Espagne ne parait plus être exactement la même.

Le faiblard Raul Albiol formera ainsi probablement l’axe avec Sergio Ramos. Si le second est un défenseur absolument fabuleux, le premier cité passe dans la hiérarchie des défenseurs centraux derrière le jeune Varane, 19 ans et même pas retenu en équipe de France. Il aussi probablement plus con puisqu'il se frite avec Mourinho et que lui n'a pas son bac contrairement à l'ancien lensois. Footballistiquement, son manque constant de compétition le rend souvent douteux dans son placement et sa relance. Ce sont pourtant ses principales qualités comme le confirme son physique relativement peu imposant pour un joueur évoluant au poste défenseur central. Son manque de vivacité et de rythme pourra, si les français jouent le jeu, le mettre en réelle difficulté face à la vitesse et vivacité d’un Menez ou Ribery, voire face à la puissance d’un Matuidi arrivant lancé.

Par ailleurs, si Ramos – dont on cherche encore le ballon après son pénalty envoyé lors de la demi-finale face à Munich – sera bien présent dans l’axe, cela signifie une probable titularisation de Arbeloa côté droit, un joueur relativement lent qui peut être, malgré de bonnes aptitudes défensives, bien gêné face à un Ribery en forme. De plus, lorsque ce joueur est mis en difficulté, il sort – malgré un âge censé garantir l’expérience – rapidement de son match au point de parfois frôler l’exclusion.

On peut donc en conclure que si nos joueurs offensifs jouent les contre-attaques avec vitesse et application, plusieurs situations pourraient se présenter face à une ligne de quatre : Arbeloa-Ramos-Albiol-Alba dans laquelle Alba ne fait qu’un travail défensif modéré. Après défensivement, on esperera que Lloris se mettra enfin au niveau qui était le sien à Lyon.

Un match qui passe quasiment inaperçu, aucune pression et une relative accalmie dans les problèmes d’images de l’équipe de France (Merci Karabatic !), ainsi qu’une Espagne (trop ?) sure d’elle et privée de base défensive. Cela demeure improbable, mais l’occasion est intéressante de nous faire enfin vibrer le temps d’un match, chose que l’on a sans doute pas connu depuis plus de six ans..

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents